Jerzy Grotowski

The director Jerzy Grotowski,1987Jerzy GROTOWSKI
Né à Rzeszow, Pologne, en 1933 et mort à Pontedera, Toscane, Italie en 1999.

Il est metteur en scène, théoricien du théâtre et pédagogue. Il est considéré comme l’un des plus grands réformateurs du théâtre du XXe siècle.

« Grotowski est unique. Pourquoi ? Parce qu’à ma connaissance, personne d’autre au monde, personne depuis Stanislavski, n’a exploré la nature du jeu, le phénomène qu’il constitue, son sens, la science de ses processus, tant psychiques que physiques ou émotionnels, aussi profondément et pleinement que Grotowski. »

« Laissez tout ce que vous avez sur vous de l’autre côté de la porte. Ne prenez aucun sac, journal, pipe, cigarette, rien d’extérieur ne doit entrer dans la salle de répétition. Laissez dehors tous les vêtements qui ne sont pas nécessaires. Entrez pieds nus avec aussi peu de vêtements que possible. » C’est en ces termes que Grotowski s’adressa aux acteurs de la Royal Shakespeare Company avant la première répétition.

 En 1959, il devint le metteur en scène du Théâtre des 13 Rangs à Opole, fondé par l’écrivain et critique Ludwig Flazsen. Là, avec une poignée d’acteurs rejetés par les conservatoires de Cracovie et de Varsovie, commence l’époque de création dramatique qui l’a rendu célèbre. En 1962, toujours en étroite collaboration avec Ludwig Flaszen, le théâtre change de nom et de lieu, il devient le Théâtre-Laboratoire de Wroclaw.

Tout au long de cette période, de 1962 à 1969 il montera plusieurs chefs-d’oeuvre dont Akropolis, d’après un autre drame romantique du poète Wyspianski; Le Prince Constant, d’après Calderon; et Apocalypsis cum figuris, sur un scénario original tissé de textes de la Bible et de T.S Eliot.

grot_brook Lors des représentations du Théâtre-Laboratoire, les spectateurs, en très petit nombre, partageaient le même espace scénique que les acteurs, pas de décor, pas d’effets de lumière, pas de grimage, pas de costumes. Pour Grotowski, l’acteur est le tout du théâtre et le théâtre est là pour favoriser son passage à un degré d’humanité plus vrai que le quotidien. « Grotowski s’est intéressé au développement intérieur de l’être humain. Son travail était, d’une part du théâtre et, d’autre part, ce qu’il décrit aujourd’hui comme de l’art, entendant par là l’art théâtral en tant que véhicule permettant de poursuivre une quête spirituelle. (…) Il cherchait ce qu’il se passe vraiment, de manière invisible, à l’intérieur de chaque être humain et comment la relation entre la plus secrète et la plus sacrée des énergies humaines peut se frayer un chemin au travers de la matière humaine pour émerger vers le monde quotidien. Ainsi son travail théâtral consistait-il d’une part à faire des spectacles et d’autre part à mener une recherche qui a bien sûr atteint son apogée avec la période du Laboratoire, un laboratoire qui permettait d’explorer les secrets cachés de la psyché humaine par des exercices physiques et émotionnels, des improvisations, et d’autres exercices. »

A partir de 1969, et jusqu’en 1982, considérant qu’il avait atteint une perfection condamnée à se répéter, Grotowski se lance, avec l’appui de l’UNESCO, dans un ambitieux projet intitulé « Théâtre des Sources ». C’est dans son esprit une opération de raccord avec la société moderne d’un patrimoine ethnologique mondial en voie de disparition. Il réunit et fait travailler ensemble, en ateliers, des représentants des plus diverses et anciennes traditions rituelles et théâtrales des cinq continents, pour en dégager des pratiques communes. Hanté par le désert intérieur auquel les technologies modernes de communication peuvent conduire les jeunes, Grotowski  propose des structures (danse et chant) qui favorisent la greffe entre d’anciens savoirs du corps et de l’âme et des jeunes gens issus de grandes villes modernes.
Pour lui, « le sentiment que le corps de l’acteur est le terreau du théâtre a fait surgir des questions auxquelles il a cherché à répondre toute sa vie. Quelle est la relation entre la chair et le sang ? Comment les émotions, les sentiments naissent-ils de cette masse ? Quelle est leur nature ? Quel est le sens de la pensée ? Fait-elle partie du corps ? Comment le mouvement de l’esprit est-il relié à des sentiments ? Et comment cela est-il lié avec les actions visibles du corps, ses mouvements ? »

grotowski jerzy portret 2_6885682A partir de 1986, Grotowski s’installe définitivement à Pontedera en Toscane, Italie, où il dirige un « Workcenter » avec Thomas Richards, son héritier et légataire artistique, qui est devenu « le collaborateur essentiel ». Les exercices du Workcenter of Jerzy Grotowski and Thomas Richards se sont notamment concentrés sur la réminiscence de chants anciens dormant dans la mémoire, et sur l’exploration et le partage de l’expérience intérieure dont ils peuvent être le point de départ. Jerzy Grotowski a été également titulaire de la chaire d’Anthropologie théâtrale au Collège de France, de 1997 à 1999.

« L’intensité, l’honnêteté et la rigueur de son travail peuvent ne nous laisser qu’une chose : un défi. Mais pas pour quinze jours, pas pour une seule fois. Pour chaque jour de notre vie. »


Textes issus de « Avec Grotowski » Peter Brook, éd. Actes Sud-Papiers 2009 et « Hommage à Jerzy Grotowski » Marc Fumaroli, Professeur au Collège de France 1999.